mardi 9 janvier 2018

Reprise de l'expo de Wang Xiaojun

Reprise de l'exposition
"Peintures naïves de la campagne chinoise"
de Wang Xiaojun
Cette exposition est le résultat d'une collaboration entre La Porte Rouge à Strasbourg et L'Essence du Thé. Elle a été rendue possible grâce à l'implication de Marc Sun.
Regarder un tableau de Wang Xiaojun, c'est changer de monde. Dés le premier coup d'oeil le spectateur est entraîné dans une campagne foisonnante de couleurs où de nombreux personnages, surtout des enfants, sont saisis dans leurs activités quotidiennes : aller à l'école, voir un spectacle de théâtre de rue, ramasser des fruits, participer à une fête, écouter grand-mère raconter une histoire...
La palette est très riche. 
La couleur est partout, posée en aplats de gouache opaque, cernée de liserés blancs ou sombres. Nous sommes dans l'illustration, à deux pas de la bande dessinée, mais ici une seule image raconte tout.


Les vues sont souvent faites en plongée et on a le sentiment, en regardant les scènes, d'avoir soulevé le couvercle d'une boîte et d'être entré presque par effraction dans un monde joyeux et animé.


mercredi 3 janvier 2018

Initiation à la dégustation de thés noirs

Nous avons le plaisir de vous annoncer la prochaine 
soirée de dégustation
le jeudi 11 janvier
de 19 à 21 heures, à la boutique.

Aucune connaissance préalable n'est requise pour participer à cette soirée, tout le matériel (thé, théières, tasses) sera fourni. 
Au cours de cette soirée, nous dégusterons six thés noirs de différentes origines : Chine, Inde et Ceylan (Sri Lanka). Nous utiliserons la méthode de l'analyse sensorielle, en utilisant un matériel spécifique. Nous parlerons aussi d'histoire, de géographie, de botanique, de culture..
Vous apprendrez à analyser les différents thés en repérant leurs caractéristiques olfactives et gustatives, tout en les dégustant. Cette soirée constitue une belle entrée dans le monde des thés noirs et dans celui de la dégustation.

Le nombre de place est limité à une douzaine de personnes et l'inscription préalable est obligatoire
soit en passant à la boutique, 
soit en téléphonant au 03 89 41 87 22, 
soit par mail à essence-the@orange.fr.
Une participation de 16 euros est demandée par personne.

Connaissez vous le zhong ?


Le zhong (prononcez tschong) est un accessoire d'origine chinoise servant à préparer et à déguster les thés, particulièrement les thés verts et les thés blancs. Il sert à la fois de théière et de tasse, puisque les feuilles y sont infusées directement. Pourvu d'un d'un couvercle et souvent d'une soucoupe, le zhong sert à préparer de petites quantités individuelles de thé. 
Si la qualité de votre thé vous y autorise, vous pouvez y préparer plusieurs infusions successives avec les mêmes feuilles.
On peut trouver des zhong en terre cuite émaillée, en céramique, en porcelaine et en verre. 
Les modèles en céramique et en porcelaine peuvent être décorés de motifs divers : végétaux, poissons, paysages, personnages.
Nous avons une préférence pour les zhong qui sont blancs à l'intérieur, afin de d'avoir une bonne vision des feuilles qui infusent ainsi que de la couleur, de la luminosité et de la limpidité de la liqueur.
Les zhong peuvent avoir plusieurs contenances, variant entre 75 ml et 120 ml. Le diamètre se situe entre 8 et 10 cm, la hauteur entre 6 et 9 cm.
Le zhong est plus adapté aux thés verts et blancs en raison de la température de l'eau, relativement basse (entre 50° et 75°). Le zhong ne convient pas pour les thés noirs, les thés oolong et les pu erh, car l'eau devant être très chaude (entre 90° et 95°), la courbe de descente de la température de l'eau est trop rapide, surtout pour les infusions supérieures à 3 minutes.

Comment utiliser le zhong ?

Placer 2 à 3 grammes de feuilles de thé au fond, ajouter l'eau et fermer avec le couvercle. 
On peut mélanger la liqueur avec le couvercle, qui sert également à sentir les arômes.
Le temps d'infusion est estimé en fonction du type de feuilles utilisées et à la couleur de la liqueur.
Pour boire il faut incliner légèrement le couvercle pour qu'il s'entrouvre et serve de filtre. Si la liqueur est trop chaude, on peut la verser dans une autre tasse ou dans une théière de réserve.

Une fois la liqueur vidée, les feuilles restent dans le zhong et peuvent servir pour une ou plusieurs infusions successives selon la  soif et la qualité des feuilles.

mardi 2 janvier 2018

Meilleurs voeux pour 2018 !

Voir en fin d'article la description de la photo
Toute l'équipe de L'Essence du Thé vous
souhaite une année 2018 riche en belles
émotions et en découvertes somptueuses.
2018 sera l'occasion de fêter notre
10ème anniversaire.
Nous profitons de cette occasion pour vous
remercier d'être à nos côtés dans cette
merveilleuse aventure, de nous permettre de
partager et de faire vivre notre passion, le thé.

Sur la photo on voit une femme en train de cueillir des feuilles de thé de la récolté d'été (au mois d'août dernier) du jardin de Suancha, dans le nord de la Thaïlande. Cette cueilleuse fait partie de l'ethnie Akkha dont le village est a 2km de la plantation. Cette ethnie comporte trois groupes: Akkha Lomi (dont fait partie la cueilleuse), Akkha Ullo et Akkha Pami. Ils sont reconnaissables à leurs coiffes qui diffèrent. 

Celle-ci est formée de boules en argent massif et d'anciennes pièces de monnaies de l'époque coloniale, souvent des pièces birmanes ou des piastres d'Indochine française, en argent également. 

Cette ethnie était nomade et fait partie des groupes Birmano-Tibétains. A présent on les rencontre dans la région de Chiangrai (nord de la Thaïlande, dans la région du Triangle d'Or où se rencontrent les trois frontières de la Thaïlande, du Laos et de Birmanie) où ils se sont sédentarisés. Ils cultivaient encore l'opium il y a quelques années, mais cette culture est maintenant interdite.
Les propriétaires qui conduisent la culture du thé dans le jardin de Suancha font toujours appel aux femmes de cette ethnie pour les récoltes.